LE RWANDA OU LE PAYS AUX MULTIPLES LANGUES PARLEES.

  • Par Akina De Kouassi
  • 11 Fév. 2021
  • 237 vues

La république du Rwanda, encore appelée « Repubulika y’u Rwanda » en Kinyarwanda (langue locale), est une ancienne colonie allemande puis belge.


Situé dans la région des Grands Lacs, le « pays des mille collines » partage ses frontières avec l’Ouganda au nord, la Tanzanie à l’est, le Burundi au sud et à l’ouest avec la République Démocratique du Congo.

Histoire coloniale du Rwanda

Le Rwanda précolonial est une confédération d’une vingtaine de clans composés d’éleveurs (les Tutsi) d’agriculteurs (les Hutus) et d’artisans (les Twa). En 1919, le Traité de Versailles attribue le Rwanda à la Belgique, sous l’autorité de laquelle il était soumis.

En 1922, la Belgique va instaurer un protectorat, en s’appuyant sur les minoritaires éleveurs (Tutsi), qui étaient par ailleurs la classe dominante traditionnelle d’alors. 

La conférence de Berlin attribue le Rwanda à l’empire allemand en 19885. Ainsi, les premiers Européens qui pénètrent sur le territoire Rwandais entre 1892 et 1894 sont Oscar Baumann et Gustav Adolf Von Götzen.

Les colonisateurs sont en particulier impressionnés par la monarchie rwandaise tutsi et assimilent les Tutsi en général à la cour royale et à une « race » supérieure. Ils décrivent les Tutsi comme plus grands, plus beaux et plus aptes à diriger.

De ce jugement, l'administration coloniale s'appuie donc sur les Tutsi, au détriment des mwami des clans hutu. L'ancienne distinction entre Hutu et Tutsi s'exacerbe, les Hutu étant considérés comme inférieurs dans la société coloniale. L'accès aux avantages, à l'enseignement et aux postes administratifs est réservé prioritairement aux Tutsi.

Les termes de « Hutu » (roturier) et de « Tutsi » (noble) deviennent une référence identitaire essentielle pour les Rwandais, entraînant une différenciation antagonique de la société entre ces deux groupes. Le terme « ethnie » n'ayant pas d'équivalent en kinyarwanda, l'administration coloniale utilise à sa place le terme « ubwoko », qui désigne le clan.

La République du Rwanda

Le 28 janvier 1961 est une date importante pour l’histoire du Rwanda qui proclame sa première république. Puis, le 26 octobre de la même année, le Hutu Grégoire Kayibanda accède à la présidence de la République. Mais, ce n’est que le 1er juillet 1962 que l'ONU fixe la date d'indépendance du Rwanda.

Langues officielles et parlées

Le français et le kinyarwanda étaient les langues officielles du Rwanda depuis la présence belge au début du xxe siècle. Le président Juvénal Habyarimana avait supprimé l'enseignement du français dans les écoles primaires mais il fut rétabli après le génocide des Tutsi par le gouvernement d'union nationale. Néanmoins, les relations tendues entre le nouveau gouvernement et la France depuis le génocide de 1994, le retour de nombreux Tutsi qui ont grandi en Ouganda (dont l'anglais est la langue officielle avec le swahili) ainsi que l'alignement du pays sur les États-Unis, amènent le gouvernement à vouloir remplacer le français par l'anglais. L'anglais est alors devenu langue officielle en 2003 à côté du kinyarwanda et du français.

En 2010, l'anglais est devenu la seule langue d'enseignement public, en remplacement du français, alors qu'en 2002, soit seulement 8 ans plus tôt, le français était la deuxième langue la plus parlée du pays après le kinyarwanda. En décembre 2014, les nouveaux billets de franc rwandais sont émis en anglais et en kinyarwanda, le français a disparu, signe que cette langue est en régression. Toutefois, le français est depuis 2016 de nouveau enseigné à partir de la quatrième année du primaire selon le journal Igihe.

En février 2017, l'Assemblée nationale vote une loi faisant du swahili une langue officielle. Certains Rwandais avaient fui le génocide en s'exilant dans des pays parlant le swahili en Afrique de l'Est. À leur retour au pays, ils parlent le swahili. D'autre part, le Rwanda s'est allié politiquement, au sein de la Communauté d'Afrique de l'Est, avec des pays voisins qui ont le swahili comme langue officielle et le Rwanda s'est engagé envers cette communauté à faire du swahili une langue officielle.

Le néerlandais, qui fut l'une des langues administratives durant l'occupation belge entre 1919 et 1961 n'est plus parlé que par une centaine de Rwandais âgés de plus de 65 ans, qui sont généralement bilingues (souvent avec le français).

Religions et cultures

D'après un recensement récent, 43,7 % de la population étaient catholiques, 37,7 % protestants, 11,8 % adventistes, 2 % musulmans, 1,9 % Témoins de Jéhovah, 2,5 % sans religion et 0,1 % animistes.

La culture traditionnelle rwandaise est liée à celle des populations de l'Afrique des grands lacs. La croyance traditionnelle en un Dieu unique, Imana, sensible à leur condition, les récits oraux, la langue et les proverbes, les chants, les tambours et la danse tiennent une grande place dans cette culture fortement imprégnée des combats des guerriers et des activités agricoles : l'élevage et l'agriculture et, en moindre partie, la chasse et la pêche. Depuis la colonisation, les vêtements occidentaux se sont répandus mais le pagne en coton reste un lien très important pour les femmes entre la tradition et la modernité.

La population est regroupée en clans familiaux et répartie, sur un autre plan, en trois composantes : les Hutu (84 % de la population), les Tutsi (15 %) et les Twa (1 %). Un recensement de 1996 faisait également état de plusieurs minorités : les Banyenkombo (environ 57 000 personnes), les Bagogwe73 (500 à 1 500 personnes) et les Banyambo (environ 400 personnes).

La culture traditionnelle rwandaise a été fortement marquée par la colonisation allemande puis belge (1894-1961), les Églises chrétiennes (90 % des Rwandais sont chrétiens) et par le génocide de 1994.

Source : Wikipedia

Articles connexes