Histoire: Le Mali, une fierté pour l’Afrique ancestrale.

  • Par Akina De Kouassi
  • 03 Janv. 2020
  • 2035 vues

Nous entamons aujourd’hui un périple sur le continent africain ; un périple qui nous conduira de pays en pays, à la découverte de chaque état et des réalités qui font sa richesse et son charme.


Le Mali, notre première escale, est un vaste pays d’Afrique de l’Ouest avec une superficie de 1 240 192 km². Il est traversé par le tropique du Cancer et ne possède pas d’accès à la mer. Une grande partie de son territoire se trouve dans la vallée du fleuve Niger. Le Mali est un Etat dont l’histoire est l’une des plus glorieuses du continent.

Lire aussi: A la découverte des dogons, le peuple le plus énigmatique de l’Afrique de l’ouest.(Partie 1)

Présentation géographique du Mali

Trois zones de relief et de climat se succèdent du nord au sud du pays : la zone saharienne aride, où la végétation est rare ; la zone sahélienne semi-aride, caractérisée par une savane arbustive ; et une zone dominée par la savane arborée. Chaud et aride, le pays est constamment menacé par la sécheresse.

La population malienne est inégalement répartie sur le territoire, principalement concentrée dans le sud. Elle comprend de nombreuses ethnies dont les Mandingues sont les majoritaires (environ 40 % de la population). L’islam est la principale religion, pratiquée par environ 90 % des habitants.

Lire aussi: 5 villes du Mali à visiter absolument!

Le Mali des grands empires !

Le Mali est le premier des grands empires musulmans d'Afrique occidentale, qui contrôla cette région du XIIIe au début du XVe siècle. Dominé par les Malinké, il succéda à l'empire animiste du Ghana. Dans sa plus grande extension, l'empire du Mali englobait le delta intérieur du Niger, y compris Gao, le massif du Fouta-Djalon et le Sénégal jusqu'à l'Atlantique.

L'effondrement de l'empire du Ghana, au XIe siècle, avait déclenché la lutte pour le contrôle des rivières aurifères du haut Sénégal-Niger. D'après les traditions orales, Soumangourou, le roi du Sosso, parvint à s'emparer du petit royaume du Mali. Pour assurer son pouvoir, il fit mettre à mort tous les princes héritiers, sauf un : Soundiata Keita, enfant paralytique, fils de Nare Maghan et de Sogolon qu'il estimait inoffensif. À peine sorti de l'adolescence, celui-ci réussit pourtant à s'imposer et à rassembler les chefs des différents clans mandingues (Condé, Camara, Konaté, Traoré, Keita) qui l'aidèrent à battre le Sosso et les royaumes voisins. Converti à l'islam, Soundiata engagea la lutte contre les animistes et prit le titre de mansa (roi) du Mali. Plus tard, ses successeurs portèrent celui de malli-ko (empereurs du Mali).

Lire aussi: La symbolique de la salutation en pays Bambara.

De la structuration sociale de l’empire du Mali.

L’empereur Soundiata, une fois aux commandes, structura la société malinké et celles des peuples conquis en castes professionnelles fermées, le mariage hors de la caste d'appartenance étant interdit. Celles-ci ont plus ou moins perduré jusqu'à nos jours. On comptait ainsi seize clans d'hommes libres (guerriers), cinq clans de marabouts (religieux), un grand nombre d'artisans et de griots (conservateurs des traditions et des généalogies des souverains). La caste des Dioula (commerçants) assura l'essor économique de l'empire, établissant un réseau commercial très efficace. Les Dioula furent les principaux diffuseurs de l'islam en Afrique occidentale, et contribuèrent à faire du malinké une langue véhiculaire.

SOUNDIATA KEITA, Fondateur de l'Empire du Mali

Lire aussi: quelques généralités sur le Mali

Source: Wikipedia, microsoft Encarta.

Articles connexes