CINÉMA: REPORT DU FESPACO UN PLOMB DANS L’AILE DU CINEMA AFRICAIN

  • Par Saidi Mamadou Ouedraogo
  • 01 Mars 2021
  • 349 vues

La biennale du cinéma et de la télévision africaine n’aura pas lieu cette année. L’annonce à été faite le 29 janvier dernier lors d’une conférence de presse à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso.


Le ministre de la communication et porte parole du gouvernement à l’issue du conseil des ministres a annoncé la décision du report du fespaco sans donner de  nouvelle date .

Le délégué général du festival,  Alex Moussa Sawadogo expose plus en détail les causes de ce report qui ne surprend pas grand monde, lors d'une interview accordée à nos confrères de RFI.

 Il  a indiqué que «la  post production de la  plupart des productions filmiques africaines sont réalisées dans les pays du Nord. Compte tenu de la situation sanitaire qui a imposé des mesures strictes dans ces pays, les réalisateurs n’ont pu finaliser leurs productions ».

52 ans après la création du fespaco, la qualité de l’industrie cinématographique africaine est toujours rattachée à l’Occident. Qu’est- ce qui n’a pas marché ?

Pendant que la crise sanitaire liée à la COVID-19 a permis l’explosion de la consommation de contenus filmiques et télévisuels à la demande, les contenus africains sont étouffés, car il est conditionné par le ‘’Nord'' qui lui-même se trouve étouffé par la crise sanitaire.

Plusieurs événements d’envergure ont migré en ligne afin de s’adapter à la situation. C’est le cas du plus célèbre festival de court métrage de Clermont-Ferrand en France. Si eux l’ont réussi, alors pourquoi pas l’Afrique avec le fespaco ?

Le plus important festival de cinéma au monde, le festival de Cannes a été repoussé de quelques mois, afin  de donner de l’oxygène au secteur.

Pour être clair sur le sujet, l’annulation de ce festival est un véritable plomb dans l’aile du cinéma africain qui souffrait bien avant que le coronavirus ne lui donne le coup de grâce.

Vivement  un débat réel et pragmatique sur l’industrie cinématographique africaine et que des solutions sur mesure en ressortent afin que le continent conte de manière efficace sa propre histoire.

Articles connexes