Tidiss Koné, un homme au service du livre. 2/2

  • Par Akina De Kouassi
  • 19 Fév. 2022
  • 580 vues

. Dans cet entretien qu'il a accordé à Djasso.com, l'artiste à plusieurs talents nous donne les grands axes de la future édition du festival international du livre et des arts du Denguele.


Commissaire Général du Festival International du Livre et des Arts du Denguélé, Tidiss Koné est un inconditionnel de la littérature qu'il enseigne avec passion. Dans cet entretien qu'il a accordé à Djasso.com, l'artiste à plusieurs talents nous donne les grands axes de la future édition du festival international du livre et des arts du Denguele.

A voir aussi : Tidiss Koné, un homme au service du livre. 1/2

D : Parlant du Festival du Livre et des Arts du Denguélé, quelle conclusion pour la deuxième édition ?

T.K : Du 26 au 29 mai 2021 a eu lieu la deuxième édition du FESTILAD à ODIENNÉ et à SAMATIGUILA autour du thème : '' Livre, Jeunesse et Valeurs Humaines pour la Culture de la Paix''. Ce thème foisonnait des objectifs précis tels que Culture de la paix dans les cœurs et dans les esprits, la sensibilisation sur l'importance de la cohésion entre population d'une même ou de différentes localités, voire celles des zones frontalières, formation et sensibilisation des jeunes à l'entrepreneuriat, le sens  du civisme et  le respect des droits Humains,  la protection des institutions et loi de l'Etat, le don de soi,  la tolérance, source d'un développement certain et durable.

La deuxième édition s'est très bien déroulée, nos attentes ont été satisfaisantes dans l'ensemble.

Les Écrivains ont répondu favorablement à notre appel, les invités et hommes et femmes de Culture ont été des nôtres. Les établissements ont souscrit à notre volonté de voir les écrivains aller à la rencontre de leurs élèves.

Nous avons eu plus de trois cents festivaliers lorsque nous nous sommes rendus en visite touristique à Samatiguila. Tous ont été enseignés sur nos valeurs culturelles et les richesses de notre patrimoine culturel.

D : Nous savons tous combien les promoteurs culturels africains sont rangés au second plan dans le développement des pays, mais malgré cela, vous êtes attaché à cela, pourquoi cette constance ? 

T K : Oui nous savons bien que le livre demeure le parent pauvre en termes d'appuis aux initiatives culturelles. Cependant, connaissant son importance et la portée de ses enseignements qui impactent positivement, et à divers degrés, sur la formation de la jeunesse, notre vraie cible, nous y croyons toujours. Je veux faire de mon district, de ma région, de ma ville, voire du pays, une zone complètement mature culturellement avec une jeunesse capable d’entretenir ce qu’on a et d’en ajouter. Cela passe impérativement par la lecture et la culture du collectivisme. Je rêve d’une jeunesse consciente de ses valeurs et qui ne passe pas tout le temps à se défaire de la norme mais à se faire dans la norme. Des jeunes qui aiment le Travail, qui travaillent, qui se donnent des objectifs à atteindre et qui osent combattre la paresse en eux. En eux, je réveille le Champion qui sommeille un peu trop tout en leur faisant consommer l'humilité comme instrument d'apprentissage vrai et de  réussite.

D : Bientôt la troisième édition de votre festival  y-a-t-il  des innovations attrayantes ?

T K: Oui cette année, il y aura des innovations, notre souhait étant de toujours apporter un souffle nouveau aux activités que nous proposons.

Particulièrement, il y aura cette année des panels autour de thèmes en rapport avec la place du Livre et des œuvres littéraires en Cote d'Ivoire mais surtout leur apport à la formation sociologique et intellectuelle des élèves. Contrairement aux éditions précédentes, nous aurons trois localités, Odienné, Minignan et Gbéléban, de sorte à couvrir véritablement tout le district. En plus, nous aurons les concours littéraires en milieu scolaire, dans les domaines de la LECTURE, la DICTEE, la POESIE, le SLAM et l’ART ORATOIRE en langue Maternelle, un volet du festival qui nous a toujours tenu à cœur depuis la première édition, la formation des jeunes à l’entrepreneuriat culturel dans plusieurs domaines d’activités.

Merci à vous pour cette lucarne à nous offerte. Dieu veille sur la Côte d'Ivoire. Vive la Culture. Vive le Denguélé, riche de son patrimoine culturel  et touristique.

Articles connexes