ROGER FULGENCE KASSY, ICONE D’UNE GENERATION.

  • Par Akina De Kouassi
  • 20 Janv. 2021
  • 367 vues

Animateur vedette des années 1970-1980, le nom de Roger Fulgence Kassy (RFK pour les intimes et le grand public), reste à jamais gravé dans les annales de la télévision ivoirienne.


Né en 1956, Roger Fulgence Kassy fit son apparition dans l’arène médiatique à la fin des années 1970. Un milieu qu’il aura dompté et marqué jusqu’au soir de sa vie.

Homme de media

Dès 18 ou 19 ans, RFK dont le talent d’animateur ne souffre maux, se présentait comme le miroir de la jeunesse ivoirienne. L’homme de média qu’il était, avait un style particulier qui contrastait avec celui standard que l’on avait l’habitude de voir. En un mot, RFK était un éternel innovateur tant dans la gestuelle, le vestimentaire, que dans la réalisation audiovisuelle, auquel s’ajoute franc parler.

L’homme pour qui le micro n’avait pas de secret, avait une manière unique à lui d’animer, de toucher et d’accrocher son auditoire. Cette particularité l’a hissé au plus haut sommet de la célébrité en Côte d’Ivoire et ailleurs dans la sous-région.

Émissions

Roger Fulgence Kassy a produit de nombreuses émissions télés telles que Super Star Station, Nandjelet, Jamboree, Tremplin qui devient Podium en 1977 ainsi que Première chance. Cette dernière avait pour leitmotiv de donner une chance aux artistes en quête de producteur ; « Première chance » a révélé de nombreux artistes dont la méga star du Reggae, Alpha Blondy.

RFK, une symphonie inachevée

Le 20 janvier 1989, Roger Fulgence Kassy s'éteint des suites d'une cirrhose de foie. « Il était l’idole de la jeunesse qui s’est comme un seul homme pour l’accompagner jusqu’à sa dernière demeure », se souvient Venance Konan, Directeur Général du Groupe de presse Fraternité Matin. Alors qu’il faisait la maladie qui a fini par l’anéantir, des confidences sorties des officines de la RTI racontaient que Roger Fulgence Kassi s’opposait au fait que, en cas de décès, l’on cherche à envoyer sa dépouille à la Maison Télévision Ivoirienne.

Cependant, à la levée de corps, c’est un long cortège humain qui l’a accompagné de l’Ivosep (à Treichville), jusqu’à la RTI (à Cocody). « Toute la population abidjanaise a vécu ce jour-là un phénomène extraordinaire. Le ciel était chargé de nuages noirs qui a suivi le cortège jusqu’à la télévision. Et une fois la cérémonie de deuil terminée et que le corps a quitté la cours de la RTI, aussitôt les nuages se sont dissipés dans le ciel », témoigne toujours Venance Konan.

Les obsèques de RFK, suivies par plusieurs milliers de jeunes ivoiriens, suscitent un engouement national ; ses fans n'hésitent pas à accompagner leur idole jusqu'à Kocoumbo. À l'instar du musicien Serge Kassi qui chantait « Fulgence Kassy, tu es parti trop vite », beaucoup d’autres ont rendu un grand hommage à cet homme qui aura fortement marqué l'univers audiovisuel ivoirien ; parmi eux, Alpha Blondy crée la chanson « Fulgence Kassy ».

«Tant qu’il y aura des hommes et des femmes sensibles à la chose musicale et capables d’apprécier un bon chanteur et une belle orchestration musicale, Podium vivra». Cette phrase prophétique a été prononcée par RFK au cours de son dernier Podium une année avant de s’éteindre. C’est un héritage culturel que RFK a ainsi légué à ses fans et au monde artistique. Les Compagnons d’un soir (Tiburce Koffi, Gustave Guiraud, Venance Konan, Luc-Hervé Nko, Barbara Akabla, Yves Zogbo Junior), avec le single «Ful» se sont approprié de ces paroles pour lui rendre un hommage digne de son rang.

En 2015, Roger Fulgence Kassi a été élevé à titre exceptionnel et posthume au rang d’Officier de l’Ordre du mérite ivoirien, en même temps que deux de ses compagnons, Mamadou Kanaté (décédé en 1999) et Traoré Amadou Sékou (décédé en 2001). De même que Barthélémy Inabo Zouzoua, Bandaman Debach et Guira Youssouf qui sont fort heureusement, tous en vie

Articles connexes