Masa 2018 : cérémonie de clôture.

  • Par Akina De kouassi
  • 25 Mars 2018
  • 58 vues

Le ministre ivoirien de la culture et de la francophonie plaide pour une libre circulation des artistes du Sud.


Débuté le 10 mars dernier, le grand rendez-vous biennal des arts du spectacle d’Abidjan a refermé ses portes ce samedi 17 mars 2018 dans une ambiance festive. La rencontre de clôture de cette 10e édition du Marché des arts du spectacle s’est tenue dans la salle Kodjo Ebouclé du palais de la culture de Treichville.

Prenant la parole à cette tribune, le ministre ivoirien de la Culture et de la francophonie, Maurice Bandaman a d’abord livré un discours d’encouragement à l’endroit des organisateurs du Masa, singulièrement à son directeur général, le professeur Yacouba KONATE.

Ensuite, le ministre a fait un plaidoyer quant à la libre circulation des artistes du Sud partout dans le monde, surtout dans les régions du Nord dans le cadre de l’exercice de leur métier. « Les pères fondateurs du Masa, à sa création, nourrissaient le rêve d’assurer la promotion et la circulation des créations du Sud dans le monde entier et principalement dans les espaces du Nord. Cette décision répondait à une volonté de lutter contre la pauvreté et à donner leur chance aux créateurs talentueux du Sud ».

 Sur ce dernier point, le ministre a indiqué que ce rêve  s’est accompli aujourd’hui pour certains. Mais pour bien d’autres, cet élan est freiné en raison de la crise de l’immigration irrégulière. Par contre,Maurice Bandaman a ajouté à ses propos que : « A un sommet de la francophonie, il avait été suggéré un passeport de l’espace francophone afin de permettre aux penseurs, enseignants, hommes d’affaires, créateurs et aux artistes de circuler librement ».

Le ministre a exhorté les décideurs de tenir compte de ces suggestions, expliquant que ces artistes « ne se sédentarisent pas là où il n’y a pas d’inspiration. Ils vont, et reviennent aux sources. Laissez donc les artistes circuler. C’est une question d’équité et de justice. Il n’est pas juste que ceux du Nord puissent venir sur les scènes du Sud et ceux du Sud interdits d’aller au Nord », a-t-il conclu.

Articles connexes