20171104-aske-3

Benin/ trophées aske 2017 : les jeunes filles sensibilisées sur les risques des grossesses précoces

En marge des trophées Aske 2017 du leadership féminin en Afrique, des ateliers ont été ouverts. Et ce, avec deux panels pour amener la jeune africaine à être un modèle pour sa société.

Le premier panel avait pour thème : « Risques, traumatismes et prévention dans les grossesses précoces chez la jeune fille africaine… ».  Il était composé de 6 panelistes dont le Docteur Moïse FIADJOE, Gynécologue, le Docteur Véronique TOGNIFODE, Gynécologue, le Docteur Houmey Valère, Gynécologue, le Docteur Nicole TCHIAKPE, Pédiatre, Madame ASSOSSOU Irène, Sexologue et enfin Monsieur DODJI Amounzouvi, Sociologue. Pendant plus de deux heures, sans se lasser, les jeunes filles pensionnaires de l’internat des filles vierges de Cotonou et les filles des complexes scolaires la rose et la rosette, sont restées attentives aux travaux menés par ces experts. Sans langue de bois, les panelistes ont traité le sujet de la sexualité de la jeune fille, en y indiquant les risques de grossesses précoces qu’elles en courent. Surtout que ces grossesses sont le premier facteur de l’abandon des études scolaires chez la fille en Afrique. Le second panel, après la pause déjeuner s’est focalisé sur le thème suivant : « Femme et estime de soi ». A ce propos, il a été question d’amener la jeune fille africaine à se considérer,  à être fière de ce qu’elle a, à commencer par sa peau. La foire aux questions a permis à éclairer davantage la lanterne de ces participantes sur la nuance entre la notion d’estime de soi et de l’égocentrisme. Sur ce dernier point, Monsieur FIADJOE Honoré, enseignant chercheur à l’université de Lomé a d’abord condamné l’égocentrisme qui est un comportement asocial, avant d’indiquer que c’est la mauvaise façon d’avoir l’estime de soi sans penser aux autres qui occasionne ce comportement. Le but de ce panel était bien de stimuler l’esprit d’entrepreneuriat chez la jeune fille béninoise en particulier et chez toutes les filles africaines en général.

De Kouassi, envoyé spécial à Cotonou

 

Articles en relation