Diaspora : Mamakaffe, l’Ivoirienne qui fait fort en Jamaïque

  • Par Akina De Kouassi
  • 17 Mars 2021
  • 757 vues

Mamakaffe fait la fierté de la Côte d’Ivoire en Jamaïque où elle a signé chez VP Records, le plus grand label de musique américaine, spécialisé dans la diffusion de la musique jamaïcaine.


Née à Abidjan en Côte d'Ivoire, d’un père natif de Toumodi, Mamakaffe est une pure africaine qui ne se réclame pas d’une nationalité, si ce n’est celle de l’Afrique.

La passion des débuts

Passionnée de musique reggae, rythme qu’elle pratique et dont elle a fait sa profession, Mamakaffe est à l’origine percussionniste praticienne de la musique rationnelle mandingue. Ce qu’elle a hérité de sa famille maternelle originaire de la Guinée Conakry.

Partie à la découverte du monde, c’est au Sénégal qu’elle pose ses valises dans l’ambition d’y créer un complexe rasta où on ne vit que par le reggae. « C’est une sorte de temple de reggae que je voulais créer. Qui comprendra une bibliothèque où l’on pourra venir s’instruire sur le Rastafari et la musique reggae. L’équiper d’instruments de musique pour permettre aux musiciens et artistes de se ressourcer », précise-t-elle. Mais, ce projet n’a pu atteindre ses objectifs. Mamakaffe liquide son « matos » et s’envole pour la Jamaïque, le pays du reggae.

Des ténèbres à la lumière

En 2007, Mamakaffe qui a hérité ce nom à Ouagadougou pour sa promptitude à servir du café au groupe d’artistes de l’écurie à laquelle elle appartenait, arrive sur l’île de la Jamaïque. Artiste dans l’âme, elle ne se met pas à l’écart de la chose musicale dans le nouveau monde qu’elle découvre. Certes, elle est quelque peu dépaysée dans un milieu où l’on ne s’exprime qu’en Anglais et dans un patois propre aux natifs ; mais elle va se rapprocher des musiciens prestigieux comme Bongo Hermann et Dean Fraser.

Ainsi, petit à petit, la passionnée du reggae s’exerce à faire de sa passion, une profession, jusqu’à ce que, sur l’invitation de Rita Marley (la veuve de Bob Marley), elle fasse son premier spectacle public à l’occasion de la cérémonie d’hommage à la mémoire du défunt père de celle-ci.

C’est en 2017, après son premier EP intitulé Natural Girl, que Mamakaffe sort « Slave », son premier album de 13 titres distribué en numérique par VP records. Un album qui a été nominé dans les sélections des Victoires du Reggae, dans la catégorie EP Album africain de l'année 2018 et arrive en second position sur le podium.

Depuis deux ans, elle fait la navette entre la France et la Jamaïque, en vue de parfaire sa musique à travers un cocktail de sonorités.

Articles connexes