CULTURE : Musée des Civilisations de Côte d'Ivoire, le temple de l'art africain ?

  • Par Ethmane Issa
  • 29 Janv. 2023
  • 1127 vues

Situé en plein cœur de la ville d'Abidjan, dans la commune du Plateau, le Musée des Civilisations de Côte d'Ivoire est in petto vu comme le temple de l'art non pas ivoirien mais africain.


     << Les objets ne rentrent pas seulement dans le musée pour un but esthétique. Non. Il faut que l'objet soit unique et spécifique, qu'il ait une valeur culturelle, historique, sociale voire anthropologique. Ce sont ces éléments qui concourent à l'entrée d'objets dans un musée. En tout cas dans le MUCCI.>>. Ces propros de Tagro Gnoleba, actuel directeur du Musée des Civilisations de Côte d'Ivoire font suite à une somme d'interrogations que nous lui avons soumises, dans l'intérêt de comprendre le mode d'acquisition, de collecte et de conservation des objets d'arts.

      Situé en plein cœur de la ville d'Abidjan, dans la commune du Plateau, le Musée des Civilisations de Côte d'Ivoire est in petto vu comme le temple de l'art non pas ivoirien mais africain. Enfin, c'est ce que l'homme politique, Léopold Sédar Senghor, dans l'une de ses interviews en Côte d'Ivoire, a fait savoir à cet effet : << le musée des Civilisations d'Abidjan est un des musées d'art nègre les plus riches au monde. Il y a là des richesses incommensurables. Dans cent ans, dans dans deux ans, Il faut que les noirs de l'avenir puissent s'appuyer sur ces richesses-là pour créer une nouvelle civilisation (...).* >>.

     Depuis 1942, date de la création du CENTRIFAN, ainsi qu'on l'appelait autrefois, certains objets plus vieux que le musée lui-même à l'image de ce crâne d'éléphant, symbole de la Côte d'Ivoire qui frappe à l'œil dès l'entrée, n'ont jamais perdu leur forme, leur éclat, leur originalité et les enseignements qui leur sont rattachés. A en croire les dires de Mademoiselle Clé Flora, conservateur muséologue, il avait environ 70 ans lorsqu'il faisait son entrée au MUCCI. Mais plus ces objets vieillissent, perdurent, mieux ils sont attirants. Ces objets qui sont d'ailleurs à la base de nos civilisations attirent ces milliers de visiteurs. Là où on aurait perdu environ 70 pourcents du pan de notre culture, souligne Tagro, ces quelques 15212 objets viennent à jamais restituer l'histoire, notre histoire, servant aussi de repères pour la génération future.

      Quel est donc le secret de ce conservatoire plus vieux que la Côte d'Ivoire qui a eu 62 ans le 07 Août dernier, à la date de célébration de son indépendance ? Dans quelles conditions ces objets d'art dont parle ce célèbre homme politique sont-ils conservés ? Qu'est ce qui rend ce musée si particulier au point où, même les visiteurs les plus éloignés de notre contrée s'en enorguellissent après l'avoir visité ?

      Pour avoir des éléments de réponses, l'équipe de Djasso.com a fait une immersion le mercredi 25 janvier 2023 dans le MUCCI. Nous avons compris après cette incursion, pourquoi il est appelé le centre ethnographique. Découvrons ensemble, dans cet article, ce que cache ce poumon du patrimoine culturel de la Côte d'Ivoire.

<< Il faut que les noirs de l'avenir puissent s'appuyer sur ces richesses-là pour créer une nouvelle civilisation.>>. Cette phrase tirée des propos de l'écrivain Léopold Sédar Senghor sonne comme une alerte. Mieux, c'est tout le sens du travail du conservateur muséologue à l'image de Mademoiselle Clé Flora et l'ensemble du personnel qui au-delà de leur formation de base, transmettent ce savoir à longueur de journée avec passion. Déchiffrer les codes et enseignements de 15212 objets sans toutefois transgresser leurs interdits, est la consécration d'un long parcours d'initiation, de formation et un véritable don de soi. Même toute une bibliothèque ne suffirait pas pour expliquer chacun des 15212 objets. Mais Mademoiselle Clé Flora se fait la joie de nous raconter succinctement l'histoire du crâne de cet éléphant mâle avec ses deux énormes ivoires.

   << Ce crâne avec ses défenses est juste symbole de métissage. C'est la représentation des ethnies de la Côte d'Ivoire en miniature.  Contrairement à ce crâne, certains éléphants possèdent de longs ivoires. Mais celui-ci en a deux, mi-cuvés. >>

Problème, toutefois : Si ces objets ont une valeur symbolique, culturelle et  grâce auxquelles le Musée a une certaine renommée mondiale, cependant, il ne réclame qu'une seule chose, une nouvelle architecture pour le bonheur des objets historiques en son sein et pour ses milliers de visiteurs. Ces vieilles bâtisses qui datent de la deuxième guerre mondiale ne sont plus reluisantes. Et l'un des combats du Docteur Memel Kassi, l'ancienne directrice, est la construction d'un nouveau musée de stature internationale et aux normes, telle qu'annoncée par les autorités nationales.

    D'ici la construction de ce nouveau temple dont rêvent son personnel et les visiteurs, les portes du MUCCI sont ouvertes du lundi au lundi de 8 heures à 17 heures. Précision. Les visites coûtent 100 frs pour les élèves, 200 frs pour les étudiants et 500 frs pour les adultes nationaux ivoiriens. Quant aux africains de la sous-région, c'est 500 frs pour les étudiants, 1000 frs pour les adultes. Pour leur part, les occidentaux devront payer 1000 frs pour les étudiants et 2000 frs pour les adultes. Au MUCCI, chaque visite, qu'elle soit professionnelle ou non, vaut son pesant d'or. Chacun vient avec une histoire, chacun repart avec une histoire, après sa visite. Djasso.com en a fait l'expérience. C'est une vérité indéniable.

Découvrez en images ...

Image
Image

Articles connexes