CAFOUILLAGES AU CONCERT DE JOSEY : KONE DODO SE DEFEND ET ACCUSE…

  • Par Akina De Kouassi
  • 02 Juil. 2021
  • 502 vues

Si le concert de Josey a donné lieu à un spectacle magnifique, il n’en demeure pas moins que son organisation a été un fiasco. Il s’en est fallu de peu d’ailleurs qu’au cours du spectacle l’irréparable ne survienne.


Le samedi 26 juin 2021, la salle Anoumabo du Palais de la Culture Bernard Dadié de Treichville a abrité le concert de l’artiste ivoirienne, Josey. Ce fut un spectacle magnifique, avec une chorégraphie exceptionnelle. Cependant, le spectacle a été entaché par plusieurs cafouillages qui ont causé d’énormes désagréments dont des blessés parmi le public.

Ce mercredi 30 juin 2021, le premier responsable du Palais de la Culture, en la personne de KONE Dodo, Directeur général de l’établissement, est monté au créneau au cours d’une conférence de presse qu’il a tenue afin de situer les responsabilités.

 De prime abord, le palais de la culture décline toute responsabilité dans ce cafouillage qu’il a été donné de constater ce samedi 26 juin, lors du concert de Josey. Pour le Directeur Général, cette situation qu’il a jugée déplorable, « relève de la cupidité des organisateurs qui ont imprimé plus de billets d’entrée que prévu et qui n’ont pas respecté certaines consignes qui se trouvent dans le contrat qu’ils ont signé », accuse-t-il, avant d’ajouter que : « Nous devons féliciter la chanteuse qui a donné une prestation sans faute… Le lundi d’avant, j’ai convoqué les organisateurs avec à leur tête Delors Inabo pour la traditionnelle réunion technique.  Au cours de cette rencontre, je lui ai demandé combien de tickets ils avaient imprimé, il m’a répondu que 4.100 Tickets. Je lui ai conseillé de retirer déjà les 100 tickets car la salle Anoumabo ne peut contenir 2750 places auxquelles on peut rajouter 1250 chaises en surplus pour atteindre les 4000 places. Je lui ai ensuite demandé combien d’agents de sécurité ils avaient prévu, il m’a répondu 150. Ce que j’ai trouvé excessif, sans le cacher. Je lui ai dit qu’une trentaine de personnes ferait l’affaire. Je leur ai conseillé d’ouvrir les portes d’accès à la salle au moins deux heures avant le spectacle. Enfin, j’ai insisté afin que les organisateurs parlent avec les protocoles des personnalités qui devaient venir au spectacle pour avoir le nombre précis de personnes dans leurs différentes délégations. Mais je me suis rendu compte que rien de cela n’a été respecté.  A ma grande surprise, la société Sipresc qui imprime tous les tickets des concerts qui se déroulent ici m’a fait savoir qu’elle a imprimé 5000 billets car les organisateurs leur ont dit qu’ils occuperaient l’esplanade du palais qui peut contenir plus de 5000 places. Ensuite, il y a eu des tickets qui ont été imprimés ailleurs, sans stickers et qui ont été mis en vente. Ils n’ont pris aucune précaution. Ils ont ouvert les portes vers 15h, alors que le public était là depuis 7h pour certains et avec la pluie, tout le monde voulait rentrer. Là encore, ils ont expliqué que les bracelets de sécurité ont été oubliés à l’hôtel. En plus, tous les nombreux policiers qu’ils ont fait venir prenaient pour la plupart de l’argent aux gens pour les faire rentrer clandestinement. »

A en croire le DG Koné Dodo, tous les concerts qui se déroulent au palais de la culture ne sont pas organisés par cette entité. Ils sont plutôt organisés par des opérateurs culturels et des promoteurs d’événements.

Pour éviter de telles anarchies, Monsieur KONE DODO exhorte le Ministre de la Culture et de l'?Industrie des Arts et du Spectacle à prendre des dispositions en délivrant des licences aux promoteurs agréés, compétents pour organiser des manifestations.

Eri, correspondance particulière.

Articles connexes